[Retour]

Donnez une seconde vie à vos vieux papiers !

25/10/2013

"ORBi m'a ressuscité !" Derrière ce trait d'humour d'un chercheur ULg, on peut voir un résultat concret et très positif des bénéfices que peut retirer le chercheur de l'auto-archivage.

A côté d'un accès gratuit et rapide à l'information actuelle, c'est aussi une magnifique opportunité à saisir pour faire sortir tous les trésors cachés, enfouis dans des tiroirs de laboratoires ou de bureaux.

En effet, les "mandats" en matière de dépôt sur les répertoires institutionnels comme ORBi imposent, en règle générale, des conditions à minima en ce qui concerne les types de documents à déposer (articles de périodiques essentiellement) et la couverture rétrospective (les x dernières années). L'initiative de déposer des publications plus anciennes est souvent laissée au chercheur.

Or, les avantages à en retirer sont particulièrement importants pour le chercheur et son institution mais aussi pour le grand public, les étudiants dans le cadre de leur formation...

 

 

 

 

 

Essentiellement :

 

  • C'est, d'abord et surtout, la possibilité offerte de rendre une nouvelle vie à des documents plus anciens, laissés pour compte au bénéfice d'une information plus actuelle. Grâce à la présence de l'archive sur les moteurs de recherche, généralistes et plus spécialisés, ils pourront eux aussi bénéficier des avantages liés aux nouvelles technologies et gagner en visibilité et impact.
     
  • La présence de ces documents dans l'archive permettent aussi :
    • de mettre en évidence des corpus historiques de référence et d'ainsi en faciliter l'accès, notamment pour les étudiants
    • d'assurer le référencement d'une production (littérature grise, rapports...) moins bien ou non couverte par les bases de données commerciales
    • de préserver en format électronique des documents enfouis dans les laboratoires sous de multiples formes.

Elément fondamental et facilitateur :

Pour les documents publiés avant 1993-1994, antérieurs à la création d'Internet, les auteurs n'ont pas pu céder leurs droits de diffusion électronique à l'éditeur via le contrat d'édition, ce mode de diffusion n'existant pas encore. Les versions intégrales peuvent donc être déposées en accès ouvert sans vérification préalable.

Ces avantages, beaucoup de chercheurs les ont déjà compris. En effet, de nombreuses publications ne tombant pas sous le coup de l'obligation de dépôt ont déjà été déposées sur ORBi.

A ce jour, sur les 100.400 références archivées sur ORBi, plus de 31.100 sont antérieures à 2002.  Environ 12.500 de ces références plus anciennes sont accompagnées d'un texte intégral, la moitié est en OA...

 

Il est donc encore possible de rendre accessibles à tous, grâce à ORBi, votre production scientifique plus ancienne !

 


Illustration: sebkastor.tumblr.com


aide