[Retour]

Le mouvement de l'Open Access

Le but premier de la publication scientifique a toujours été la diffusion, le partage des savoirs. Dans ce but, les scientifiques rédigent des articles qui exposent leurs recherches et relisent et évaluent ceux de leurs collègues (peer review) sans être rémunérés. Ces documents sont alors publiés par des éditeurs qui les diffusent dans des revues contre abonnement. Depuis les années 70, le prix des périodiques scientifiques n’a cessé d’augmenter, bien au-delà de l'indice d'inflation des prix. Dans les années 90, une forte concentration éditoriale mène à une véritable crise du prix des périodiques. Nombre d’institutions de recherche se retrouvent alors dans une impasse : l’information scientifique, essentielle pour la recherche et dont elles sont les premiers producteurs, leur devient financièrement inaccessible.

Heureusement, le développement d’Internet permet l’avènement de nouveaux modèles de publication et de diffusion, complémentaires au modèle existant. C’est dans ce contexte que naît le mouvement de l’Open Access.

Qu'est-ce que l'Open Access?

 

 

« Par "accès libre" à cette littérature, nous entendons sa mise à disposition gratuite sur l'Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer, chercher ou faire un lien vers le texte intégral de ces articles, les disséquer pour les indexer, s'en servir de données pour un logiciel, ou s'en servir à toute autre fin légale, sans barrière financière, légale ou technique autre que celles indissociables de l'accès et l'utilisation d'Internet. La seule contrainte sur la reproduction et la distribution, et le seul rôle du copyright dans ce domaine devrait être de garantir aux auteurs un contrôle sur l'intégrité de leurs travaux et le droit à être correctement reconnus et cités. »

"Budapest Open Access Initiative" (BOAI, 2002)

 

 

Quelques dates

1991 : premières initiatives OA telles qu’ArXiv.

2002 : Budapest Open Access Initiative.           

2003 : Déclaration de Berlin.

2003 : Déclaration de soutien au libre accès de l'association britannique Wellcome Trust.

2004 : Obligation de dépôt des articles rédigés par des chercheurs subventionnés par le NIH dans PubMed Central.

2007 : Signature de la Déclaration de Berlin par les Universités belges.

2008 : Lancement par la Commission européenne du projet pilote Open access dans le cadre du FP7.

2012 : Signature de la Déclaration de Bruxelles sur l’Open Access

Issu d’une mobilisation de la communauté savante et des bibliothèques, ce mouvement s’amplifie et se concrétise grâce à de nombreuses prises de position officielles émanant d'universités, d’organismes de financement de la recherche, de fondations scientifiques mais également de gouvernements. Aujourd’hui, les avantages de l’Open Access se voient confirmés par de nombreuses études qui prouvent qu’il augmente l’impact ainsi que le nombre de citations des articles scientifiques.

La diffusion en Open Access peut se faire selon deux voies :

  • La Voie verte qui consiste à déposer une version des travaux publiés dans une archive ouverte ou un répertoire  thématique ou institutionnel.
  • La Voie dorée qui consiste à publier dans des journaux à peer review en Open Access

La Voie Verte a l’avantage de permettre une conservation pérenne et centralisée des documents produits au sein d’une institution. Elle est dès lors à privilégier et à utiliser également pour les documents publiés selon la Voie dorée.

En Belgique, plusieurs universités ont d’ailleurs adopté un mandat rendant obligatoire le dépôt dans  leur  archive institutionnelle. En 2013, le F.R.S.-FNRS se positionne fermement en demandant à ce que les listes de publications qui lui sont soumises soient générées à partir des dépôts institutionnels des universités. L’Union européenne favorise également cette voie pour la mise en Open Access des documents qu’elle finance dans le cadre du projet  Horizon 2020 et a créé sa propre archive ouverte : OpenAIRE.

A lire : L'Open Access en Belgique francophone : étude de la BICfB réalisée à la demande des Recteurs des universités et du F.R.S.-FNRS

En savoir plus sur l’Open Access